Environnement

La nature a une place privilégiée au cœur de la cité fertoise. Espaces verts, espaces naturels et rivières font l’objet d’une attention toute particulière de la part de la municipalité consciente que ces atouts environnementaux sont aussi précieux que fragiles.

Les espaces verts

 L’ensemble des parcs publics et sentiers de randonnée sont ouverts tout au long de l’année.

  • La base de loisirs

  • Jardin de l’Hôtel Courtin de Torsay

    • Accès rue d’Huisne ou rue Florant
  • Jardin de l’office de tourisme

    • Accès Place de la Lice
  • Jardin de l’Espace Jeunesse

    • Accès rue Alfred Marchand

jardin ESPJ

 

  • Promenade le long de la rivière

    • Accès rue du Pré Belard
  • Parc Georges Desnos (piscine, tennis, aire de jeux)

    • Accès Avenue de la République et Avenue Georges Desnos.

 

  • Jardins familiaux et sentiers longeant la rivière

    • Accès Avenue G.Desnos

Les jardins familiaux sont gérés par la section fertoise des Jardiniers Sarthois. À l’origine, ils ont été créés pour permettre à la population urbaine de pourvoir cultiver ses fruits et légumes.

 

  • Jardin Verger Conservatoire des Calots

L’association « Le Jardin-Verger des Calots » a été créée en 2007 afin de pérenniser l’existence des variétés fruitières du Perche et les légumes anciens, mais aussi de les faire connaître au public et de transmettre un savoir faire.

  • Jardin face au lycée Saint-Paul

    • Accès Avenue de la République
  • Parc de la Prairie

Cet espace a été initié par le Conseil Municipal des Enfants qui y a créé entre autres un espace pique-nique.

La gestion des espaces verts est confiée aux services techniques sous la responsabilité de Cécile Knittel.

Il est cependant indispensable que les Fertois et les visiteurs extérieurs participent au maintien du cadre de vie, notamment lorsqu’ils promènent leur chien.

IMG_3666Des poubelles spécifiques sont implantées au niveau de différents lieux de promenade. Merci de les utiliser pour ramasser les déjections de votre chien.
Les distributeurs de sacs sont parfois vides, alors n’hésitez à vous munir de sacs avant de partir promener votre chien.
L’article R48-1/3 du Code Pénal prévoit une contravention de 2ème classe pour les propriétaires qui ne ramasseraient pas les déjections de leur chien.

Un plan de désherbage respectueux de l’environnement

Afin d’assurer une meilleure qualité de l’eau et de l’environnement, la municipalité a décidé en 2012 de mettre en place un plan de désherbage visant un équilibre entre les évolutions réglementaires, l’amélioration de la qualité des eaux et un niveau acceptable d’entretien.

Deux types de zones

La proximité avec l’eau et la perméabilité des sols ont été les deux critères principaux qui ont permis de déterminer différents types de zones et le traitement le plus approprié dans chacun des cas.

  • Lorsque la végétation se trouve près des rivières, des fossés ou sur des sols perméables, le service espaces verts recourt à des techniques alternatives au désherbage chimique : balayage mécanique, traitement thermique, paillage, modification de la surface des sols…
  • Lorsque la végétation spontanée peut être traitée sans risquer de polluer les eaux, le service espaces verts doit trouver le meilleur rapport entre l’entretien et le respect de l’environnement. Il s’agit alors d’utiliser avec beaucoup de précaution les produits phytosanitaires. Leur usage est cependant aujourd’hui très limité et tend à être remplacé par de nouveaux produits plus naturels.

Les espaces naturels

  • L’Espace Naturel des Ajeux

p.7 Eco - Cena vues aériennes L F B 026 (1)L’espace naturel des Ajeux est né d’une activité économique. L’exploitation d’une carrière a en effet donné naissance à un second plan d’eau d’une quarantaine d’hectares. Ce site s’avère aujourd’hui un lieu extrêmement privilégié pour la faune et la flore. Situé entre un canal et une rivière, le secteur était au point de départ une prairie humide à l’éco-système déjà riche. Mais, avoir creusé ce plan d’eau a largement contribué à élargir la palette de l’éco-habitat pouvant accueillir des espèces à demeure ou en migration.

Des inventaires ont ainsi permis de répertorier plus de 350 espèces d’oiseaux, certaines nidifiant sur le site comme la fauvette paludicole ou la rousserolle verderolle. Trente espèces de papillons de jour, une centaine de papillons de nuit, dix-huit de libellules… font aussi la richesse de ce site. La flore se révèle tout aussi abondante : des orchis à fleurs lâches, des Pigamons jaunes, un trèfle étalé… s’y développent.

Qu’elles soient animales ou végétales, beaucoup d’espèces implantées sur l’Espace Naturel des Ajeux sont protégées parce que rares. C’est pour cela que le site est actuellement interdit au public.

Un CENA pour préserver cette richesse

p.7 Eco - Cena vues aériennes piou piou (2)C’est donc pour préserver cette richesse que la municipalité a favorisé la création d’un Conservatoire de l’Espace Naturel des Ajeux (CENA) placé sous la responsabilité de  Cécile Knittel, Maire-Adjoint en charge de l’environnement et du cadre de vie, qui explique : « Le CENA est un regroupement de spécialistes, de partenaires et d’élus dont l’objectif est d’asseoir et de soutenir toutes les décisions qui seront prises par le conseil municipal au niveau de l’aménagement et de la vie du site. Chacun apportera ses connaissances et son avis pour que les décisions finales de la mairie soient en accord avec la vocation initiale du site : être et rester un lieu naturel qui favorisera la protection de l’environnement et le maintien des espèces. »

Bientôt une Maison de la Nature

Afin que les richesses de ce site soient accessibles au public sans être mises en danger, la commission environnement et cadre de vie réfléchit actuellement à la création d’une Maison de la Nature qui pourrait organiser des activités encadrées, mettre en place des observatoires…

  • Les zones humides

Une zone humide est un milieu naturel dans lequel l’eau est le facteur déterminant tant pour son fonctionnement que pour le développement de la vie animale et végétale. La submersion des terres, la salinité de l’eau (douce, saumâtre ou salée) et la composition en matières nutritives de ces territoires subissent des fluctuations journalières, saisonnières ou annuelles. Ces fluctuations sont à l’origine de la formation de sols particuliers ainsi que d’une végétation et d’une faune spécifiques. L’abondance des algues, de poissons, d’oiseaux d’eau, et d’autres espèces sauvages peut ainsi varier dans un même milieu selon la période de l’année.

carte zone humides

Carte des Zones Humides sur le territoire de La Ferté-Bernard

 

Les rivières

 L’Huisne et la Même sont les deux rivières qui sillonnent La Ferté-Bernard. Elles ont toutes deux contribué à lui donner le surnom de «  Petite Venise de l’Ouest ». Les pêcheurs sont de plus en plus nombreux à y pratiquer le street fishing mais ces deux cours d’eau font aussi la joie des amateurs de canoë et de balades en bateaux électriques.

 

  • L’Huisne prend sa source dans le Perche, à La Perrière, c’est un affluent de la Sarthe dont le cours fait 161 km.
  • La Même est un affluent de l’Huisne long de 41 km et qui prend sa source près de la forêt de Bellême.

Les rivières constamment surveillées

p4-5 Vannage du Foulon service techniqueLes services techniques surveillent quotidiennement le niveau des rivières de façon préventive et neuf vannages sont répartis sur l’Huisne et sur la Même afin de limiter les risques de crues et de débordements.

p. 4-5 Service techniqueLa vigilance est renforcée à partir de 50 mm d’eau tombée deux jours de suite. Et, en cas de crue, des personnes du service technique œuvrent 24 heures sur 24. Le système « vigicrues » permet d’effectuer des relevés toutes les 30 minutes et les agents consultent les résultats via le site internet, également accessible aux particuliers : www.vigicrues.gouv.fr.

Droits et devoirs des riverains

L’article L215-14 du code de l’Environnement stipule : «  Le propriétaire riverain est tenu d’entretenir la rive par l’élagage et recépage de la végétation abordée, d’enlever les embâcles et les déchets flottants afin de maintenir l’écoulement naturel des eaux, d’assurer le bon maintien des berges ainsi que de préserver la faune et la flore dans le respect du bon fonctionnement des écosystèmes aquatiques. »

 

 

LFI Mars – Avril 2017
Mars – Avril 2017